Histoire de la guillotine en Algérie

La première exécution en Algérie d’un condamné à mort par la guillotine date du 16 février 1843. Auparavant, c’était à l’aide du « yatagan », sabre à lame recourbée que les condamnés à mort étaient décapités.

Comité révolutionnaire d'unité et d'action C.R.U.A

Le Comité Révolutionnaire d'Unité et d'Action (C.R.U.A.) est le nom que prend le mouvement algérien fondé le 23 mars 1954 par le comité composé de quatre membres, deux anciens de l'Organisation Spéciale (Mostefa Ben Boulaïd et Mohamed Boudiaf) et deux centralistes (Mohamed Dekhli et Ramdhane Bouchbouba alias Ould Amri).

Il est le premier médecin algérien de l’époque coloniale Mohamed Seghir Benlarbey, l’homme de science et patriote dévoué.

Kamel Bouchama a écrit dans son livre De lol à Caesarea à… Cherchell : «Il s’agit de Mohamed Seghir Benlarbey (…), le premier médecin algérien de l’époque coloniale, ami de Victor Hugo, qui s’était investi corps et âme dans la défense des droits inaliénables du peuple algérien, tout en pratiquant admirablement son métier de scientifique et de philanthrope humaniste. Lors de la soutenance de sa thèse de doctorat à l’université Paris-Sorbonne, le 16 juillet 1884, il a interpelé la France coloniale qui se targuait ‘‘d’apporter la lumière dans les Etats barbaresques’’, mais qui ‘’confinait les populations indigènes loin du savoir’’.»

Les 9 historiques du FLN

Jeunes, de souche rurale, les fondateurs du FLN venaient pour la plupart de l'est du pays. Tous avaient rompu dès 1945 avec l'ordre établi, et connu la clandestinité.

Bataille de Souk-Ahras: Il y a 58 ans tombaient au champ d’honneur 639 martyrs

Il y a 58 ans, 639 moudjahidine tombèrent au champ d’honneur lors de la célèbre grande bataille de de Souk-Ahras, une de ces épopées héroïques qui parsèment les sept années et demie de la glorieuse Révolution de Novembre. Les faits de cette bataille, qui dura toute une semaine à partir du 26 avril 1958, avaient commencé à Ouilène, près de Souk Ahras, pour s’étendre jusqu’aux hauteurs de Hammam N’bails, non loin de Guelma, sur un rayon de plus de 50 km.

La face cachée du 8 mai 1945 : il y a 70 ans, les massacres de Sétif préfiguraient la guerre d’Algérie

Le 8 mai 1945, alors que la France fête sa victoire sur l’Allemagne hitlérienne, des massacres de civils débutent à Sétif, Guelma et Kherrata dans le Nord-Est de l’Algérie, alors sous domination française, après qu’un jeune scout musulman ait été tué pour avoir brandi un drapeau algérien. Ils se poursuivront jusqu’en juin 1945, entraînant la mort de dizaines de milliers d’Algériens.

La déportation vers la Nouvelle-Calédonie: En Algerie

Les Kabyles constituaient le deuxième plus grand peuple berbère d'Algérie où, depuis 1830, flottait le drapeau français. Initialement, Kalif Mohamed El Mokrani (1815-1871) s'était loyalement mis sous l'autorité française, mais sa bienveillance s'est transformé en rancœur lorsque son offre de combattre avec 1500 hommes à leurs côtés contre les Prussiens pendant la guerre Franco-Allemande a négligemment été écartée.