La fleur allemande, la collecteuse de fonds

Qui d’entre vous connait une certaine allemande qui a servi l’Algérie pendant la révolution ?! On a tous entendu parler d’allemands mais une allemande il en existait qu’une seule.

La moudjahida (Fondanabel Leontine Georgette) d’origine allemande surnommait à l’époque “ La fleur allemande” c’est l’épouse du moudjahid Ahmed Dahoua.

Elle a pris le risque de faire le voyage seule vers l’Algérie dans une époque très dure, ironie du sort elle a rejoint le maquis par la porte française elle l’allemande qui a vécu toute sa vie en Belgique et que rien ne la prédestinait a ce parcours extraordinaire !

La fleure allemande avait une mission très dangereuse avec son mari , c’est la collecte des fonds et des armes et les faire entrer en Algérie , l’allemande n’avait aucun problème de faire passer des bagages on ne pouvait la suspecter elle la belle et jeune européenne ( 19 ans).

Cette grande dames est née le 10 mai 1942 en Belgique c’est la fille de Wini Geordift et Veirvaili Madelaien Marie) pendant la guerre elle était obligée de changer de ville avec sa famille jusqu’où ils ont choisi de résider dans la ville de Lille en France.
Le père de notre héroïne a pu décrocher un travail comme mineur dans une mine en France pour subvenir aux besoins de sa petite famille qui vient de fuir la guerre et qui ne cherche qu’à vivre en paix.

En 1957 le moudjahid Ahmed Dahoua venait d’être blessé , ne sachant quoi faire pour fuir la police française il frappe à la première porte qui était devant lui et par chance les résidents de cette maison lui avaient ouvert la porte et prit soins de lui jusqu’où il a pu reprendre ses forces , il les a quitté pour revenir après quelques temps avec un bouquet de fleur et des cadeaux en guise de reconnaissance , sans savoir que le destin lui réservait un cadeau et quel cadeau!!! une belle jeune fille très intelligente et forte de personnalité qui sera plus tard la femme de sa vie , vite c’était le coup de foudre entre les deux , qui ne sont plus quitté jusqu’à nos jours.

Le parcours révolutionnaire de la fleure allemande

Elle avait vite activé dans la vie révolutionnaire avec son mari car ils se sont marié peu de temps après leur rencontre, elle faisait la collecte de fond et elle faisait passer les armes légères et la munition de pistolet, elle était au-dessus de tout soupçons elle l’européenne, pendant longtemps tout marchait très bien mais un jour son époux tombe entre les mains de la police française qui assure son transfert vers l’Algérie le 21 décembre 1959 il était dans la prison de » Ksar Etayre de (Draa Ben Khadda)notre héroïne ne savait plus quoi faire car en perdant le contact avec son mari elle avait su qu’il était transféré en Algérie dans une prison ou il attendait d’être juger, elle a donc arrêter toute activité en France et elle a commencé a organiser son voyage vers l’Algérie pour ne plus revenir en France et s’installer là où se trouve son époux même s’il est en prison, elle prend l’avion vers Alger puis un taxi pour Biskra et de Biskra vers le village de la famille de son époux, son seul guide était un bout d’enveloppe ou était inscrite l’adresse d’un proche de son époux et c’était par le biais de ce bout de papier qu’elle a pu localiser ou résidait la famille de son époux qu’elle n’avait jamais connu jusque-là, elle arrive a (Ain Naka) ou elle rencontre pour la première fois toute la famille de son époux Ahmed la famille Dahoua au complet et là on lui annonce que son mari vient de s’enfuir de prison et il est au maquis , la fleur allemande a demandé de partir rejoindre son mari là où il se trouve.

Elle a supporté de marcher à pieds des longs kilomètres et de monter des montagnes et passer par des chemins impraticables mais au final elle a pu arriver a destination et retrouver son bien aimé et son héros, les chefs de cette région "la première région" ( Kimel) une région révolutionnaire par excellence depuis les premières heures de notre révolution, ces chefs se sont réuni pour discuter du cas de ce couple , au final ils ont décidé de ne pas les séparer et de garder cette jeune femme venue de si loin pour la bonne cause et par amour a un homme et a un pays et c’est que commença le parcours révolutionnaire de notre héroïne « la fleur allemande » qui soignait les blessès de l'ALN ainsi que la population rurale , elle participait aussi aux operations militaire.

Une femme qui a aimè l'Algerie et que l'Algerie aime

Source: https://www.facebook.com/farah.ab.921/posts/877907732355698