Aït Mokrane Hadj Mohand dit Cheikh El Mokrani

Aït Mokrane Hadj Mohand dit Cheikh El Mokrani est né en 1815. Fils de cheikh Ahmed El Mokrani qui etait le Khalife de la région de Medjana située dans les hauts plateaux et dont il hérite.

 

A la mort de son pére les autorités Françaises le désigne comme bachagha pour succéder à son pére. Fort de ses troupes il soutenu initialement la colonisation Française notamment en renforcant la 1ére colone expeditionaire du Maréchal Bugeaud en 1846-1847.

Il refusa de combattre l'invasion Française à ce titre suite au sollicitation de l'Emir Abd El Kader. Toutefois voyant que les Français avait l'intention d'imposer une occupation compléte et une soumission totale de toute la Kabylie et des hauts plateaux il décide de les affronter.

Pour se faire il sollicitera le soutien de Cheikh El Haddad, un chef religieux Kabyle qui avait une réelle emprise sur toute la population de Kabylie. Fort de ce soutien, cheikh el Mokrani appelera aussi le fils de l'Emi Abd El Kader à se joindre à lui avec les restes de l'armée de son pére.

L'Emir Mahiedine (nommé aprés son grand pére) lévera une armée à l'Ouest et rejoindra El Mokrani pour se battre à ses cotés. C'est le 14 mars 1871 que, cheikh El Mokrani démissione de son poste de bachagha et que sous sa direction est déclenchée une insurrection dont l'inspirateur et l'âme sera le cheikh El Haddad et la confrérie des Rahmaniya.

El Mokrani entraîne derrière lui 150.000 guerriers avec l'aide de ses alliés et de son frére Boumezrag El Mokrani ainsi que de son cousin El Hadj Bouzid menant leur troupes jusqu'a Bordj Bou Arreridj. Cheikh El Mokrani tombera au champ d'honneur le 5 Mai 1871 pendant une battaille sanglante. Mais son armée ne plie pas. Le commandement est repris par son frére Boumezrag qui poursuivit la lutte.

Mais la disproportion des forces en faveur des troupes françaises est trop grande, celle des armements l'est davantage, et, l'insurrection échoue. Du 22 au 24 Juillet 1871 les Algériens livrent bataille aux Français à Icheridéne... Une terrible bataille est engagé ou l'armée de feu Cheikh El Mokrani sera décimée cote à cote avec celle du fils de l'Emir Abd El Kader, l'Emir Mahiedine.

Le 20 Janvier 1872 Boumezrag El Mokrani est capturé avec le peu d'hommes qui lui reste. Mais cette insurrection mené par Cheikh El Mokrani enflamma l'Algérie toute entiére. De l'Ouest à l'Est, et du Sud au Nord les Algériens sont inspirés par la lutte engagée par cheikh El Mokrani, et des combats éclateront sous la direction d'une multitude d'autres chefs révolutionaire.

Les 100.000 morts de la lutte dirigée par El Mokrani et les dizaines de milliers de bléssés n'auront pas ete en vain. Revancharde l'administration coloniale frappe fort: près de 50.000 hectares de terre son confisqués à la région et elle inflige une amende, considérable à l'époque, de 30 millions de francs.

Il faut considérer qu'a l'époque pour 700 Francs il etait possible d'acquérir un excellent cheval, une mule, une tente et une cantine mobile pour 1 soldat. De surcroit la famille El Mokrani est envoyé en exil au Sud du pays, et des milliers d'Algériens sont embarqués pour etre exilés de force notamment vers la Syrie. Le code de l'indigénat sera egalement promulgué en 1881 face à la furie des Algériens inspirés par Cheikh el Mokrani.